Follow by Email

9 avril 2014

Sirocco : mission kakapo


Un roman inspiré par l’histoire vraie de Sirocco le kakapo, survivant d’une espèce qui a failli disparaître.
 
Aujourd’hui, il reste 126 kakapos en Nouvelle-Zélande. Ces « perroquets-hiboux » sont les derniers représentants d’une espèce incroyable, qui abondait autrefois, avant que les hommes ne les déciment après avoir transporté avec eux, sur les îles, dans les cales de leurs navires, rats, chiens, chats, belettes…
1997. Un jeune kakapo, perroquet à l’air un peu démodé qui ne sait pas voler et donc très vulnérable, naît sur une petite île. Don et Deidre, scientifiques spécialistes des kakapos, décident de retirer l’oisillon en danger à sa mère pour lui sauver la vie.  Fortement imprégné, Sirocco parviendra-t-il un jour à retrouver un statut semi-sauvage, lui qui n’a jamais pu se nourrir tout seul et a grandi sous les lumières artificielles d’un incubateur ? Et surtout, comment vivra-t-il le fait d’être transporté contre
son gré, comme les autres kakapos, sur une île vierge de tous prédateurs ? En effet, leur extinction par les kiore, terribles rats néo-zélandais, semble inéluctable... Le perroquet trouvera-t-il des amis, et une compagne qui l’acceptera comme il est, lui, si proche des hommes ? Bien que quelques libertés aient été prises pour narrer leurs aventures et mésaventures, un grand nombre d’évènements décrits dans ce roman ont bel et bien eu lieu.

Extrait :
Installé dans sa couveuse aux parois de verre, l’oisillon entendit pour la première fois son nom, sans réaliser qu’il allait maintenant lui coller à la peau. Depuis quelque temps, il avait appris à assembler, tel un puzzle, les sons qui émanaient des immenses corps aux plumages toujours changeants de ceux qu’il considérait désormais comme ses parents. Finis la peur et les tremblements d’angoisse. Ces deux monstres étaient devenus, dans son esprit, l’équivalent d’une mère, d’un père peut-être, et, lorsqu’ils s’approchaient de lui, il n’essayait plus de les mordre avec son bec ni de les griffer, mais se blottissait sous les mains douces et chaudes qui le terrifiaient autrefois.

Petite, Emmanuelle Grundmann rêvait d’Amazonie, de singes et d’oiseaux chamarrés. À six ans, elle décide qu’elle deviendra éthologue. Elle consacre sa thèse, avec le Museum national d’Histoire naturelle, aux orangs-outans de Bornéo. C’est à l’écriture qu’elle décide de se consacrer, grâce à son grand-père, imprimeur, qui lui transmet son amour des livres. Dans ses ouvrages, elle partage les histoires fascinantes d’animaux et de plantes issues de ses voyages et témoignages sur la déforestation ou les menaces pesant sur la biodiversité. En 2002, elle a collaboré au livre ZOO Logique (Seuil Jeunesse, 2002) avec Joëlle Jolivet, en tant que conseillère scientifique.

Illustration de couverture : Ping Zhu
En librairie le 9 avril
224 pages / broché / 14,5 x 20 / Dès 9 ans
EAN : 9782330030902 / 12,50 €

TOUT SAVOIR SUR LA COLLECTION hélium fiction nature :
hélium a lancé, en septembre 2013, une collection de romans naturalistes à l’usage des lecteurs âgés de 9 ans et +. Ces textes, écrits par des spécialistes passionnés, ont pour héros des animaux dans leur milieu naturel. À travers leurs histoires aux multiples rebondissements s’inscrit l’envie d’initier le lecteur au monde (animal et végétal) et aux dangers qui guettent ces animaux, ainsi que d’éveiller sa conscience écologique.

8 avril 2014

BIRD


Un roman qui célèbre la force de la nature et de l’amitié face à la puissance destructrice d’un secret de famille.

Jewel, 12 ans, métisse d’origine jamaïcaine, est née le jour même de la mort de son frère. La famille, endeuillée par la tragédie, est isolée par les médisances de la population depuis l’accident de John, trop tôt disparu : le petit garçon est tombé de la falaise d’où il tentait de s’envoler.
Depuis lors, le grand-père, qui avait surnommé l’enfant Bird, ne parle plus, cloîtré dans sa colère et sa culpabilité, persuadé d’être responsable de la mort de son petit-fils. Les parents de Jewel, rigidifiés dans leur chagrin, semblent incapables de manifester de la chaleur ou un véritable intérêt à leur fille désormais unique, qu’ils aiment pourtant plus que tout. C’est dans la nature, entourée de cailloux, que l’adolescente trouve son réconfort, au bord de la falaise, où elle se rend secrètement depuis ses huit ans. Dans un arbre, elle rencontre le neveu d’un voisin, John, garçon adopté, perturbé par la question de ses propres origines. Passionné d’astronomie et passionnée de géologie établissent une relation très complice, à travers laquelle ils apprennent beaucoup. Mais John déclenche chez la mère de Jewel un intérêt surprenant, au contraire de Grandpa qui, empreint de croyances vaudou, le traite en « duppy » (esprit maléfique). Jusqu’au jour où Jewel découvre que John lui a menti. Comment réagira la jeune fille, qui lui faisait tellement confiance ?...

Extrait :
Le jour où Bird a tenté de s’envoler, toutes les grandes personnes étaient dehors à le chercher – sauf Ma et Grandma. Parce que, ce jour-là, je suis née. Et personne ne m’a jamais appelée autrement que Jewel, même si, parfois, je le souhaiterais. Ma et Pa répètent toujours que c’est mon nom parce que je suis précieuse, mais je me dis des fois que c’est parce qu’il commence par J, comme John, et qu’il leur manque, et qu’ils ne voulaient pas me donner un nom ordinaire, Jenny ou Jackie. Parce que John avait eu un nom ordinaire, et maintenant il était mort. J’ai douze ans aujourd’hui et tout le monde devrait être heureux. Mais c’est dur d’être heureux avec Grandpa enfermé tout seul dans sa chambre, comme à chacun de mes anniversaires. Ma et Pa m’ont fait un gâteau avec un glaçage à la vanille et des pépites de sucre, aussi offert un cadeau – des chaussettes du magasin à un dollar, mais jolies et tout – , puis nous sommes allés tous les trois au cimetière voir Bird et Granma. J’aime toujours ces films où les enfants ont de grandes fêtes d’anniversaire, avec de la musique, de drôles de chapeaux et d’énormes cadeaux, même des poneys, et je me dis que ce serait rudement bien un anniversaire comme ça. Surtout pour les poneys.

Crystal Chan a grandi au milieu de champs de blé du Wisconsin et tente, depuis, de trouver sa place dans le monde. Elle a publié des articles dans plusieurs magazines, donné des conférences et dirigé des ateliers ainsi que des groupes de discussion à travers les États-Unis. Elle a également exercé le métier de conteuse professionnelle pour les enfants et les adultes. Elle vit désormais à Chicago. Bird est son premier roman.

Traduit de l'anglais (E.U) par Pierre Marmiesse. 
Illustration de couverture : Olivier Charpentier. 
En librairie le 9 avril. 
256 pages / relié / 14,5 x 20 / dès 12 ans 
EAN : 9782330030537 / 14,90€

2 avril 2014

Tous les ponts sont dans la nature





Les ponts les plus spectaculaires à la portée de tous, petits et grands !

Après les maisons et les gratte-ciel, voici les ponts ! Du plus spectaculaire au plus moderne, Didier Cornille ouvre un nouveau chantier portant son regard curieux et précis sur ces chefs d’œuvre de l’architecture époustouflants, tout à la fois par la technique déployée que par la beauté engendrée. Didier Cornille relate, avec l’élégance de son propre dessin, qui s’appuie sur des plans, photos et documents d’époque, des constructions souvent périlleuses et toujours, passionnantes.
Des matériaux choisis (la fonte ou le béton plutôt que le bois) aux architectes et ingénieurs investis de ces projets fous, voici donc l’histoire de ces ponts, ancrés dans la réalité économique, sociale et artistique de leurs époque.

• Le pont de Coalbrookdale (Grande-Bretagne), 1779
• Le Brooklyn bridge (États-Unis), 1883
• Le Firth of Forth (Écosse), 1890
• Le pont de Plougastel (France), 1930
• Le Golden Gate (États-Unis), 1937
• Le pont Rio-Niteroi (Brésil), 1974
• Le viaduc de Millau (France), 2004
• La passerelle du Mucem (France), 2012

Didier Cornille a été l’élève de Claude Courtecuisse aux Beaux-Arts de Lille, ainsi que de Roger Tallon. Il intègre ensuite la section design des Arts Décoratifs de Paris. Il rencontre le designer Ettore Sottsass, à Milan, qui oriente son travail. D’abord nommé professeur de Design aux Beaux-Arts de Tunis, puis à Tourcoing et à LISAA (l’institut supérieur des arts appliqués) à Paris. Il enseigne aujourd’hui aux Beaux-Arts du Mans. Il a, en parallèle, d’abord une activité de création de meubles, puis se tourne vers la création de lampes, qu’il expose à la galerie Néotù. Tous ses livres sont parus chez hélium. Didier Cornille vit à Paris. Toutes les maisons sont dans la nature : mention au Bologna Ragazzi Award en 2013. Tous les gratte-ciel : sélection des Pépites du documentaire en 2013.

En librairie le 2 avril 2014
80 pages / relié / 34 x 14 / Dès 7 ans 
EAN : 9782330030599 / 14,90 €


Orient Express !







Le troisième opus d’une série d’albums-jeux dont tu es le héros ou l’héroïne !
 

Enfin, revoici la princesse Attaque et le chevalier Courage !
Forts de tous leurs exploits, ils pensaient pouvoir goûter, dans leur château, à un repos bien mérité. Mais c’était sans compter sur leur réputation : le récit de leurs aventures, leur réputation, courage et esprit de déduction, les ont précédés jusqu’en Asie...
Cette fois-ci, c’est maître renard qui vient leur demander de l’aide : le soleil ne veut plus se lever ! Voici donc nos deux compagnons en route pour l’est, prêts à aider le goupil affolé.
Un périple fantastique se déroule alors à travers l’Asie, du Japon à la Chine, en passant par la Corée. Dans des palais majestueux, face aux terribles guerriers samouraïs ou aidé par les puissants dragons, sur les terres ou sur les mers et suivi, de près ou de loin, par de drôles de petits démons, les yokaïs, le trio, aidé du lecteur, aura à résoudre de nombreux jeux d’observation. 
Il faudra coûte que coûte retrouver les animaux qui se sont échappés des kimonos, tracer les bons chemins entre les facétieux frères Yin et Yang, emprunter la bonne passerelle au travers des
montagnes enneigées... et choisir de suivre soit l’impétueuse princesse, soit le vaillant chevalier, pour les retrouver peut-être tous deux enfin réunis, et résoudre le mystère du soleil qui ne se lève plus.

Au sortir des Arts décoratifs, après un passage par le graphisme, Delphine Chedru s’oriente vers le livre pour enfants dont le goût lui vient des Histoires comme ça de Rudyard Kipling, que lui lisait sa grand-mère. Depuis, elle a signé des albums pour les petits au Seuil, chez naïve livres, Autrement, Albin Michel Jeunesse...
Chez hélium, elle signe sa plus fidèle collaboration : La petite bête qui monte (2009), Le Chevalier Courage ! (2010), La Chasse aux papillons (2012), La Princesse attaque ! (2012), le pop-up Tu préfères ? (2013) ainsi que la boite-jeu L’Oiseau Patate (2009).
Elle est aussi coloriste dans la bande dessinée. 
Delphine Chedru vit à Paris.

En librairie le 2 avril 2014
56 pages / relié / 21,5 x 28 / Dès 4 ans
EAN : 9782330028756 / 15,90 €