Follow by Email

11 septembre 2009

L'Invention du jeu

Le premier roman pour la jeunesse de François Bégaudeau

« Conseillé de la voix par Gilles, Jean-Luc se recula de quelques mètres pour viser entre le tronc et le piquet. Au troisième essai, le ballon frôla le piquet du bon côté. Jean-Luc s’applaudit des quatre pattes. Il courut ramener le ballon au même endroit, visa, tira victorieusement, miaula le refrain de l’hymne des félins, recommença, recommença, recommença. (...)

Parfois une créature jalouse la joie d’une autre.

Parfois elle s’en réjouit comme si elle était l’autre. »


L'Invention du jeu

François Bégaudeau

À partir de 9 ans.

48 pages broché

PPV : 9,50EAN : 9782358510158

2 commentaires:

  1. Ce livre est extrèmement beau et drôle.

    RépondreSupprimer
  2. Mieux qu'un article de l'équipe.
    Peut-être parce qu'un cocotier y croise un pingouin, on peut lire "l'invention du jeu" comme la rencontre improbable de Bégaudeau et du conte africain. Une Afrique peuplée de Gilles, Jean-Luc, Steffie ou Miroslav et d'un cochon nommé Trente quatre, tous symboles d'une nature généreuse où chacun trouve pour un temps sa place. Conte revisité où les animaux tâtonnent, réfléchissent, se parlent, s'aiment beaucoup et "s'amusent à se chatouiller au coeur" en de tendres railleries. Chaque bestiole y trouve son compte, se soutenant l'une l'autre dans des quêtes personnelles invraisemblables, grâce au zèle zézayant d'une petite mouche imaginative symbole d'unité. Ainsi, l'escargot bigleux qui comprend tout guidera le chat qui sent l'orange, parfum dont la gazelle ne pourra bientôt plus se passer, tandis que la mouche sélectionnera au fil des pages les 22 joueurs qui permettront l'invention du foot, de l'amitié, de l'amour et bien plus encore... Car comme des enfants qui découvrent leurs propres facultés de création, ce sont ici un chat "doux comme un chat doux", un escargot, une gazelle et une mouche qui s'étonnent d'inventer la poésie d'un rapport au monde sensuel, ludique, joyeux et coopératif. Pour tout dire "L'invention du monde"ne parle pas que d'un jeu de "ballon qui sent la vache", loin de là, car l'univers protéiforme de l'auteur ne s'en satisferait pas (non plus que ses lecteurs). Si l'on ajoute l'humour à pieds joints de Bégaudeau, son écriture vivement rythmée et la grâce extrême des délicates illustrations de Pascal Lemaitre, on ne peut que savourer ce livre qui donne bien plus à réfléchir qu'un article de l'équipe.

    RépondreSupprimer