Follow by Email

2 mars 2011

Nina et les oreillers

« Je m’appelle Nina, j’ai neuf ans. J’habite au septième étage d’un immeuble rococo. Chez moi, le plancher craque, le couloir est tordu comme un bretzel, et ma chambre petite avec une grande fenêtre. J’ai trois copines à la vie à la mort, un chat, deux grands frères, et un voisin de mon âge très énervant. Ma nouvelle vie a commencé le soir où j’ai trouvé un oreiller tout neuf posé sur mon lit... »

Depuis que Nina s’est vue offrir un nouvel oreiller 100 % plumes d’oie, elle fait toutes sortes de rêves plus incroyables les uns que les autres – elle qui ne rêvait jamais. Que sa chambre est une jungle, qu’elle boit des cocktails fluo avec ses copines dans la cour de récréation, qu’elle est Marie Read, la femme pirate...

Mais quand elle découvre qu’en empruntant les oreillers des membres de sa famille et de ses amis, elle peut se glisser dans leurs rêves, l’aventure commence vraiment...

Pour son premier album destiné à la jeunesse, c’est une histoire à l’élégante simplicité que Maylis de Kerangal, Prix Médicis 2010, a imaginée. Pendant de nombreuses années éditrice pour la jeunesse en parallèle de son travail d’écrivain, cet auteur très marquée par le livre de Selma Lagerlöf, Le Merveilleux voyage de Nils Holgerson à travers la Suède, a souhaité pénétrer la magie des rêves d’enfants, à mi-chemin entre préoccupations quotidiennes et aventures extraordinaires. Dans cette histoire qui oscille entre la vie d’une famille d’aujourd’hui et l’imaginaire façonné par la lecture et les films, une petite fille part à la rencontre des autres, de ses parents à ses frères, jusqu’à cet énervant petit voisin de palier, qu’à l’école elle n’avait jamais voulu rencontrer…

L’écriture lumineuse de ce texte fait écho aux illustrations duveteuses réalisées au crayon de couleurs par Alexandra Pichard, où blancs de la page et de l’oreiller répondent à une palette vive et resserrée.


Maylis de Kerangal a écrit cinq romans dont Naissance d’un pont (2010, Prix Médicis), Corniche Kennedy (2008), Je marche sous un ciel de traîne (2000), La Vie voyageuse (2003) ainsi que les nouvelles très remarquées Ni fleurs ni couronnes (2006) (Verticales) ou encore le naïve session Dans les Rapides (2007). Chez hélium, elle a également codirigé aux côtés de Joy Sorman l’ouvrage Femmes et sport (2009).

Alexandra Pichard, diplômée des arts décoratifs de Strasbourg, a illustré l’album Herman et Dominique chez Thierry Magnier.

Nina et les oreillers
Maylis de Kerangal et Alexandra Pichard
48 pages, 28 x 18, relié
PPV : 14,90 €
EAN : 9782358510530

1 commentaire:

  1. Je l'ai et il est magnifique : le dessin léger, l'histoire très originale. J'ai du plaisir à le lire à mes enfants. Bravo! bravo !

    RépondreSupprimer